Fleurissement et espaces verts

Vous êtes ici : Vivre à Sadirac > Environnement > Fleurissement et espaces verts

La gestion différenciée, une démarche.


Lors de la visite de la commission des villes et villages fleuris (composée de professionnels de l'environnement), le comité a proposé à la municipalité d'apporter des changements sur la politique du fleurissement de la commune et la gestion de ses espaces verts afin qu'elle reflète davantage son identité.

La commune a donc mis en place, une gestion différenciée de l’entretien de ses espaces publics (et ainsi augmenter la biodiversité ordinaire ) ainsi qu'un plan global de fleurissement.

Une gestion différenciée, ne signifie pas moins d’entretien, mais un entretien différent et adapté.


- Elle contribue à rationaliser les dépenses, en prenant en compte la qualité du cadre de vie.


- Elle adapte la façon d’entretenir les espaces pour favoriser la biodiversité, et économiser les ressources naturelles et limiter, voire supprimer les pollutions générées par les produits phytosanitaires.


D’ici 2020, les collectivités n’auront plus l’autorisation d’acheter des pesticides pour le traitement des espaces publics.


Objectifs généraux de gestion :


1 - Supprimer le désherbage chimique

Pourquoi  arrêter l’utilisation des pesticides ?

  • Nuisance des pesticides sur la santé humaine :

- Une personne qui a été exposée aux pesticides, risque de développer (étude MSA) :
- 5,6 fois plus la maladie de Parkinson
- 2,3 fois plus la maladie d’Alzheimer
- 90% des eaux de surface et  50% des eaux souterraines sont polluées par les pesticides.

  • Législation : loi « Labbé » du 06 février 2014 :

- A compter du 01 janvier 2020, il sera interdit à l’Etat, aux collectivités territoriales et à leurs groupements, ainsi qu’aux établissements publics d’utiliser ou de faire utiliser les produits phytopharmaceutiques et les adjuvants vendus seuls ou en mélange pour l’entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles ou ouverts au public et relevant de leur domaine public ou privé.
Il nous faut donc trouver des solutions alternatives au désherbage chimique en fonction de la nature du revêtement de sol :

  • Enherbement de certains trottoirs, plantation au pied de murs, plantation de couvre-sol et vivaces.
  •  Amélioration de la conception du cimetière, en éliminant les aménagements qui demandent un entretien minutieux (plantes couvre-sol dans les angles et recoins), allées principales en dur et enherbement des allées secondaires, plantations des pieds de murs et des espaces inter-tombes.


2 - Mettre en place un entretien des espaces publics

  • Réduire les fréquences de tontes
  • Tondre plus haut
  • Tonte différenciée des grands espaces publics.

 

3 - Repenser les plantations

  • Avec des plantes pérennes (arbustes, vivaces)
  • Plantes couvre-sol pour les petites surfaces enherbées difficiles à entretenir
  • Moins de suspensions

A ce jour, 200 vivaces ont été plantées sur nos massifs, et  600 bulbes par les enfants dans le parc de la mairie.

 

4 - Repenser l’entretien de la voirie hors bourg

  • Maintenir les haies d’accompagnement de la voirie
  • Fauche annuelle et différenciée des accotements enherbés et talus
  • Gestion des fossés le long des voiries et des chemins (en évitant le curage drastique des fossés pour préserver la faune et la flore)
  • Un nettoyage par segments

 

5 - Adapter une gestion spécifique aux différents espaces publics

 

  •  Assurer la gestion des espaces publics selon leur usage, leur situation et leur environnement constitue le principe général de la gestion différenciée.

Il s’agit de remplacer la notion de «  faire propre » par une gestion plus orientée vers des objectifs environnementaux. L’objectif est de maintenir un milieu favorable à la biodiversité et d’orienter les pratiques vers un respect et une préservation des milieux.

 

Nous aurons donc 3 niveaux de gestion :


• Une gestion extensive : espace de conception naturelle ; la flore spontanée est laissée libre, la gestion est limitée à des interventions de fréquence annuelle, sans utilisation d’engrais ni de produits phytosanitaires ex : liaisons douces, boisements, chemins forestiers, prairies.

• Une gestion intermédiaire : les espaces ont un aspect soigné, sans présence permanente de l’équipe d’entretien, les herbacées et les plantes sauvages sont tolérées, engrais uniquement organique si nécessaire,  pas d’arrosage, diminution progressive des pesticides pour arriver à zéro utilisation, ex : espaces verts de lotissement, espaces de jeux.

• Une gestion soutenue : cette classe concerne les espaces dont l’aspect doit être soigné ; elle correspond à une gestion intensive associée à un désherbage alternatif, avec un minimum de tolérance des herbes spontanées, engrais uniquement organique si nécessaire, diminution des produits phytosanitaires progressive pour arriver à zéro utilisation, ex : place de l’église, mairie, cimetière, place des bourgs.


Cette nouvelle démarche se mettra en place progressivement (sur  5 ans).

Ainsi pour commencer à mettre en œuvre des actions de gestion différenciée, des sites pilotes seront mis en place durant l’année 2015. Quatre sites ont été choisis :

 

  •  En gestion extensive : le parc de la mairie
  •  En gestion intermédiaire : le lotissement Grand Pierre et le lotissement des Faures
  • En gestion soutenue : le cimetière

 

Cela nous permettra d’apporter notre contribution au développement durable ; en appliquant à chaque espace le mode de gestion le plus adapté afin de favoriser la biodiversité, de créer un cadre agréable de vie et des paysages diversifiés.        
*CAUE : Conseil d’architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Gironde.
                


25, Route de Créon 33670 SADIRAC
05 56 30 62 29 / 05 56 30 50 88 (fax)

06 14 39 24 83 (urgence)

Horaires d'ouverture:

du lundi au vendredi de 9h15 à 12h et de 14h30 à 18h

le samedi de 9h à 12h (permanence)

Contactez nous !

 

musée de la poterie